Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Biblio

Anna Karenine c'est moi de Elisabeth Jacquet

31 Janvier 2010 , Rédigé par Biblio Publié dans #livres lus en partenariat

biblioblog065.jpgCe livre a été lu dans le cadre de l'opération Mass critique de Babelio.
Exceptionnellement, je ne ferai pas de résumé de ce livre car pour moi il est "irrésumable" . Ce livre hésite entre les genres, d'abord roman où il est question de l'héroïne et de sa famille, puis une explication de texte du roman "Anna Karénine" de  Léon Tolstoï, et enfin une biographie de Léon Tolstoï. La lecture a été ,par moment, particulièrement pénible avec une écriture volontairement (pourquoi ? Je ne sais pas) hachée et saccadée. Pendant toute la durée du récit on est bousculé sans aucun répit d'un personnage ou d'une réflexion à l'autre, sans comprendre quels sont les tenants et les aboutissants. Les personnages du roman sont transparents et les histoires qu'ils subissent nous laisse froid, quand aux réflexions philosophiques qui parsèment le livre non seulement m'ont paruent absconses mais elles ont facilité le décrochage de ce livre. La seule partie intéressante étant sur Tolstoï et la création du livre mais elle atterrie dans le livre comme un cheveu sur la soupe. A trop mélangé les genres, on fait se mélanger les pinceaux aux lecteurs.
Ma note sera de 2/10 car le plaisir de lecture n'était pas au rendez-vous mais je remercie Babelio pour m'avoir fait découvrir une lecture inédite pour moi.
Un conseil, lisez  Anna Karénine de Tolstoï, là on y prend du plaisir.
Lire la suite

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee

28 Janvier 2010 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

biblioblog064.jpgPendant la grande dépression à Maycomb, une petite ville du sud des Etats-Unis, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Il est avocat et il devra défendre un noir accusé du viol d'une blanche alors que la ségrégation bat son plein dans cet état. C'est la vision de Scout, jeune fille de presque 6 ans au début de ce récit, que l'on suit. Elle nous raconte son enfance, l'adolescence de son grand frère Jem, le racisme, la pauvreté de certains habitants de cette petite ville, avec beaucoup d'humour et de tendresse. C'est aussi, en filigrane,le récit d'un père qui veut transmettre a ses enfants son intégrité et son goût de la justice et qui va aller jusqu'au bout de ses convictions.
C'est un roman initiatique pour ces deux jeunes enfants qui a travers l'épreuve du jugement du jeune noir vont découvrir la méchanceté, la calomnie, la cruauté chez certains Hommes mais aussi la gentillesse, la bonté et l'honnêteté chez d'autres. Seul bémol a cette lecture très agréable, c'est le côté un peu trop manichéen. Les gentils vraiment très gentils et les méchants vraiment très méchants et c'est les gentils qui gagnent à la fin. Mais de temps en temps, ça fait du bien et dans ce livre c'est que du bonheur. Ce livre est écrit simplement, avec beaucoup d'humour et de tendresse pour ces deux enfants si attachants que l'on quitte avec regrets.
Ce livre a reçu le prix Pulitzer en 1961 (bien avant la poussière de "la route") et la chose étonnante c'est le seul livre publié par cette auteure. Je peux dire en soirée que j'ai lu toute l'oeuvre de Harper Lee, ça fait le mec cultivé et qui lit beaucoup. Les admirateurs de Harper Lee espèrent qu'elle a écrit d'autres livres mais qu'elle n'a pas voulu les éditer de peur de ne pas avoir le même succès (elle en a vendu plus de 30 millions d'exemplaires).Depuis elle refuse toutes les demandesd' interviews. Son ami d'enfance Truman Capote (qui a servi de modèle a Dill dans le livre) a claironné partout que c'est lui qui a écrit le trois quart du livre mais il n'était pas a un mensonge prêt pour faire scandale.
En résumé un très bon livre, agréable a lire et qui donne beaucoup de joie. Ma note : 8/10.

Lire la suite

Matilda de Roald Dahl

26 Janvier 2010 , Rédigé par Biblio Publié dans #Livres pour enfants 9 ans et +

biblioblog063.jpgMatilda est une enfant surdouée. Avant même d'avoir eu cinq ans, elle a déjà lu tous les classiques de la littérature( Dickens, Kipling, Steinbeck, etc...) mais cela n'empêche pas ses parents de la considérer comme une ignorante et une personne insignifiante. Sa mère n'a comme occupation que la télévision et le loto, son père est un vendeur de voiture d'une franche malhonnêteté. Quand Matilda rentre a l'école, elle se lie avec sa maîtresse, la délicieuse mademoiselle Candy,  mais elle doit aussi faire face a l'animosité de la directrice Mademoiselle Legourdin, une personne redoutable qui voue une haine implacable a tous les enfants.
Dans la série lecture à haute voix pour une  jeune fille de 8 ans, voici encore un roman de Roald Dahl. C'est un livre que j'avais déjà lu il y a plusieurs années et c'est avec un grand plaisir que j'ai replongé dans cette aventure. C'est toujours aussi drôle, grinçant car le portrait des parents indignes de Matilda n'est pas piqué des hannetons. On s'amuse beaucoup des trouvailles dont use Matilda pour se venger de son père. Ce livre est une éloge a la littérature et donne envie de redécouvrir les classiques (surtout Dickens!) que Matilda emprunte a la bibliothèque;
Drôle, tendre, cruel et gentiment iconoclaste, en bref un très bon Roald Dahl.
Pour l'anecdote, Danny de Vito en a fait une adaptation pour le cinéma qui a l'époque ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable.
A partir de 10 ans.

Lire la suite

Les Lieux sombre de Gillian Flynn

24 Janvier 2010 , Rédigé par Biblio Publié dans #livres lus en partenariat

biblioblog062.jpgVoici le résumé de la quatrième de couverture:Début des années 1980. Libby Day a sept ans lorsque sa mère et ses deux sœurs sont assassinées dans leur ferme familiale. Rescapée par miracle, la petite fille désigne le meurtrier à la police, son frère Ben, âgé de 15 ans. Ce fait divers émeut tout le pays, et la jeune Libby devient un symbole de l’innocence bafouée.
Vingt-cinq ans plus tard, alors que son frère est toujours derrière les barreaux, Libby, qui ne s’est jamais remise du drame, souffre de dépression chronique. Encouragée par une association d’un type très particulier, elle accepte pour la première fois de revisiter les lieux sombres de son passé. C’est là, dans un Middle West désolé, dévasté par la crise économique et sociale, qu’une vérité inimaginable commence à émerger. Et Libby n’aura pas d’autre choix pour se reconstruire, et peut-être enfin recommencer à vivre, que de faire toute la lumière sur l’affaire, quelles qu’en soient les conséquences.
Ce livre a été lu dans le cadre de la lecture en partenariat avec Blog-o-book et les éditions Sonatine.
Je suis  méfiant avec les livres où sont imprimés sur la couverture les avis toujours positifs voir dithyrambiques de la presse et d'autres auteurs. Comme ci le livre ne se suffisait pas à lui même, qu'il fallait obligatoirement le survendre. Ce livre n'échappant a la règle car n'ayant pas moins de cinq critiques où l'on nous l'annonce comme "un thriller palpitant", que Gillian Flynn est "une surdouée ", que c'est "un livre plus qu'impressionnant". Tout cela me rendit circonspect avant d'avoir commencé ma lecture. Mais quand j'ai commencé.... Oublié tout cela, j'ai embarqué dans cette histoire complêtement, je me suis immergé et j'ai eu énormément de mal a le lâcher. La construction de ce livre est originale et intelligente, les chapitres alternant avec le présent celui de Libby Day la rescapée du massacre et le passé où l'on assiste a la journée du massacre avec les yeux de Ben Day le présumé meurtrier  ou la mère Patty Day.
Avec Libby Day, c'est l'enquête qu'elle reprend dans un premier temps sans conviction, juste pour ce faire de l'argent, car elle ne veut pas affronter ses lieux sombres où elle a refoulé tous ce qui pourrait la déstabiliser. Quand c'est Ben Day ou sa mère Patty Day, on rentre dans le sordide car on aborde le contexte de ce massacre.
Ce livre est a la fois drôle, attachant , déroutant et marquant. L'auteure arrive le tour de force de nous faire aimer cette Libby qui est une droguée, alcoolique, cupide et voleuse mais qui a une répartie verbale très jouissive.
Ma note sera de 9/10 pour cet excellent thriller (mais qui est aussi plus que cela).
Merci a Blog-O-book pour m'avoir permis de connaître cette auteure (dont je vais me précipiter pour acheter son premier roman "Sur ma peau") et aux éditions Sonatine pour nous l'avoir offert en avant-première puisqu'il ne sera disponible qu'en février.
Pour ceux que mon avis n'aurait pas suffit voici celui de Stephen King :"Dire que c'est un roman exceptionnel, oui, très bien, mais ça ne suffit pas. Je pense, croyez moi si vous le voulez , que je n'ai pas lu un thriller aussi perturbant depuis des années.  Ce n’est pas un de ces livres avec lequel on passe une heure dans la journée et qu’on oublie le soir, non, son effet dure longtemps – au moment d’éteindre les lumières, il est là, dans votre tête, comme un serpent dans une cave, obsédant et effrayant. »
Livre apprécié par Tinusia, Lily, Alicia
Lire la suite

Trois femmes puissantes de Marie Ndiaye

19 Janvier 2010 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

biblioblog061.jpgCe roman est constitué de trois récits différents. Dans le premier, c'est l'histoire de Norah une femme qui rejoint son père en Afrique car celui ci a besoin d'elle. C'est un père qui s'est enfuit de la métropole ,quand elle était enfant, avec son frère en la laissant avec sa soeur et sa mère. Pourquoi ce père haït lui demande de venir le rejoindre et pourquoi le fait elle?
Le deuxième récit parle de Fanta, une jeune fille qui habitait Dara Salam au Sénégal où elle a rencontré un métropolitain, Rudy, qui comme elle enseignait dans un lycée. Ils étaient heureux jusqu'au jour où Rudy décida pour des raisons personnelles qu'il serait mieux en métropole. Et c'est a partir de ce moment là que leur couple se mit a battre de l'aile.
Le troisième récit raconte la vie Khady Demba, une jeune veuve africaine sans enfant , dont la famille de son mari décide de la mettre à la porte en lui donnant de l'argent pour qu'elle aille en France pour rejoindre une cousine. C'est cette traversée tragique inspirée par des faits réels que l'on suit.
Trois récits qui parlent d'exil et de femmes qui pour des raisons différentes doivent y faire face. Trois récits qui pour moi sont très inégaux. Le premier décrit parfaitement les liens entre le père et sa fille en nous nous rendant palpable cette peur qu'il lui inspire et en nous dévoilant avec parcimonie leur histoire. Mais l'auteure nous perd en nous faisant douter des facultés mentales de l'héroïne qui raconte l'histoire, donc on ne sait plus ce qui est vrai et ce qui est faux. Jusqu'à la fin du récit, l'auteur nous laissera avec nos interrogations et notre frustration. Le deuxième est raconté par le mari qui comme le premier nous raconte l'histoire par petit bout façon puzzle . On découvre petit a petit les raisons de l'explosion de leur couple et on assiste a la reprise en main de son existence par Rudy, le mari. Mais, l'auteure part sur une digression avec un architecte qui pour moi ne sert qu'a alourdir ce récit .Quand a la fin elle nous laisse aussi sur notre faim en étant assez obscure. Le troisième par contre est une merveille. L'auteure nous décrit le calvaire enduré par Khady Demba pour rejoindre la France, les passeurs sans scrupules, les trahisons et cette mort au bout. Elle nous décrit une héroine qui malgré tout cela sait resté digne et consciente de sa valeur. Un récit poignant.
Pour moi, un livre inégal, très bien écrit mais dont les deux premières histoires sont trop absconses pour emporter mon adhésion. Ma note 605/10.
Pour ceux qui ne seraient pas au courant c'est le prix Goncourt 2009

Lire la suite

Tuer n'est pas jouer de Sylvie Granotier

15 Janvier 2010 , Rédigé par Biblio Publié dans #policiers - polars et thrillers

biblioblog060.jpgMichel Leman est une vedette du grand écran,  il vient s'accuser du meurtre de sa femme et d'un deuxième commis quelques années plus tôt. Mais personne ne le croit et il passe pour un fou. Il ne lui reste plus qu'a raconter son histoire depuis le début et essayer de prouver la véracité de son récit pour qu'enfin on le croie.
L'auteure étant aussi une comédienne connaît bien le milieu du cinéma et elle plonge l'intrigue de son livre dedans. Mais le problème c'est qu'elle ne nous évite aucun poncif : vedette exigeante, égoïste, homosexuel et j'en passe. Les personnages sont trop superficiels pour nous faire ressentir un quelconque sentiment pour eux a part, de temps en temps, une certaine lassitude devant leurs difficultés a communiquer entre eux.
L'intrigue aurait put être plus prenante si l'auteure nous avait pas lâcher au milieu du guet, en nous laissant seul décideur de la fin du roman. Le titre n'est pas une réussite car c'est le même titre qu'un film de James Bond d'où la possibilité d'une certaine confusion.
Ce livre reste un honnête polar sans grand génie ,  qui se lit facilement mais qui ne restera pas dans les annales (en tout cas pas les miennes!)
Ma note 5/10.

Lire la suite

L'assassin royal tome 1 de Robin Hobb

12 Janvier 2010 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

biblioblog059.jpgFitz est le fils illégitime  du prince Chevalerie de la famille régnante des Lonvoyant du royaume de Six-Duchés. Il a six ans quand on l'amène au château de Castelcerf pour que la famille royale s'occupe de lui. C'est le maître d'écurie, Burrich, qui dans un premier temps va s'occuper de son éducation jusqu'au moment où le roi Subtil décide que Fitz doit recevoir une éducation princière. Mais l'enfant découvrira que les desseins du roi sont de faire de lui un assassin au service du pouvoir. Le royaume doit faire face aux attaques des pirates rouges qui pillent les cotes et terrorisent ses habitants.

Ce livre est le premier tome de la saga "l'assassin royal" qui en comprend 13 . Je ne suis pas spécialement un fan de Fantasy et j'en lis très rarement (la dernière fois, c'était" le seigneur des anneaux" de Tolkien) mais j'en avais  tellement entendu parler (en bien)qu'il fallait bien que je me fasse un avis.
Ce premier tome est écrit a la première personne car c'est le personnage principal, Fitz, qui nous raconte ses mémoires depuis son arrivée à Castelcerf a l'âge de six ans. On suit ses apprentissages : apprentissage de la vie, apprentissage de son métier d'assassin du roi et l'apprentissage de l' Art.
On ne s'ennuie pas une seule seconde a suivre toutes ses péripéties car il n'y a pas un seul temps mort. Les personnages sont fouillés et gardent pourtant une part de mystère. On est loin du héros tout puissant, Fitz est un anti héros qui doit faire face a une vie qu'il n'a pas choisit et dont il ne voit pas tous les tenants et les aboutissants. Il navigue a vue et il doit déjouer les trahisons et les complots qui se trament contre lui et  la royauté. Ici foin de Trolls, de fées, d'elfes, etc..., la magie est discrète et se limite plutôt a des dons. L'auteure a réussit a créer un monde crédible bien a elle.
Très bon roman d'aventure avec son lot d'assassinats , de trahisons, de mystères et de rebondissements, écrit dans un style simple et efficace. J'ai passé un très  bon moment de lecture et évidement je me plongerai avec plaisir dans le tome 2. Ma note 8/10.
Lire la suite

Salut Mano

10 Janvier 2010 , Rédigé par Biblio Publié dans #musique

Allez...c'est reparti!

Allô Paris il est si tard
Les doigts collés au combiné
Je relance encore avec l'espoir
De te parler
J'ai beau savoir que ça me fout le cafard
Je peux pas m'empêcher
M'empêcher d'y croire
La nuit sonne ses derniers coups
J'irai jusqu'au bout

[Refrain]
J'aurais voulu (x4)
Quelque chose de bien
J'aurais voulu
Que tu me dises viens
J'aurais voulu...(x3)

Et là debout sur le trottoir
Comme chaque soir
Je te raconte l'histoire
Des larmes de rue dans les bars qui puent
Les regards moisis
Et les corps meurtris
Allô Paris tout est fini
Et putain Je suis fatigué

[Refrain]
J'aurais voulu (x4)
Quelque chose de bien
J'aurais voulu
Que tu me dises viens
J'aurais voulu...(x3)

Allô Paris tout est fini
Tu m'as tout pris même l'envie
Tu ne te souviens plus de rien
Tu oublies un peu plus chaque matin
Et ta mémoire coule le long des trottoirs
En noyant mon désir dérisoire

[Refrain]
J'aurais voulu (x4)
Quelque chose de bien
J'aurais voulu
Que tu me dises viens
J'aurais voulu...(x3)

Allô Paris
Tout est fini
tout est foutu

[Refrain]
J'aurais voulu (x3)
Quelque chose de bien
J'aurais voulu
Que tu me dises viens
J'aurais voulu
Quelque chose de bien
J'aurais voulu
Que tu me dises viens, j'aurais voulu
Lire la suite

Le dissident chinois de Nell Freudenberger

6 Janvier 2010 , Rédigé par Biblio Publié dans #livres lus en partenariat

biblioblog058Le dissident chinois, premier roman de l'auteure, parle de l'exil d'un célèbre artiste , Yuan Zaho, dissident chinois qui est invité a passer une année à Los Angeles. Il enseigne à l'école de fille de St Anselm's et il est hébergé par les Travers, une famille aisée. A sa tête, Cece Travers , une femme d'une quarantaine d'années, qui est très fière de le recevoir et elle s'efforce de donner une bonne image de sa famille mais le vernis a tendance a se craqueler et apparaît des relations plus complexe qu'il n'y parait. Son mariage avec Gordon, un psychiatre obsédé de généalogie, est en déroute, son beau-frère, avec lequel elle a eu une aventure, s'invite chez eux et ses enfants lui échappent. De son côté Yuan Zhao cache bien son jeu.
Voici un livre lu dans le cadre d'un partenariat lecture avec blog o book et les éditions du quai voltaire. Encore une bonne surprise que ce livre d'une auteure inconnue. Le démarrage est un peu surprenant car la vie antérieure de l'artiste chinois revient en flash back et se retrouve mêlé a sa vie américaine et j'ai eu tendance au départ a me mélanger les pinceaux. Hormis ce coté un peu fouillis, j'ai beaucoup aimé cette vision de cette famille américaine moyenne où l'on voit tous les faux semblants se fissurer et éclater. On ressent de l'empathie pour les protagonistes de cete histoire qui voit leur vie leur échapper. J'ai beaucoup aimé la partie chinoise ,qui loin de la vision stéréotypée que l'on peut avoir, nous fait découvrir la richesse et vivacité de l'art chinois. Le personnage principal, Yuan Zaho, reste mystérieux toute une partie du récit avant que l'on découvre le vrai "Yuan Zaho.
Un bon roman, lu avec beaucoup de plaisir. Ma note 7/10.

Lire la suite

Les deux gredins de Roald Dahl

3 Janvier 2010 , Rédigé par Biblio Publié dans #Livres pour enfants 6-10 ans

biblioblog057.jpgCompère Gredin a une barbe broussailleuse qui lui couvre la figure et qui lui sert de garde-manger, c'est un personnage particulièrement sale et méchant. Sa femme Commère Gredin est laide, méchante et égoïste. Leur occupation préférée a ces deux Gredins est de se faire les tours les plus pendables et les plus vicieux. La seule chose qui les réunit c'est la tarte aux oiseaux qu'ils mangent une fois par semaine avec les oiseaux qu'ils attrapent avec de la glu. Jusqu'au jour où une bande de singes acrobates viennent se mêler des préparatifs.
Petit roman par la taille de Roald Dahl mais un livre franchement drôle surtout dans la première partie où la description des rapports entre les deux gredins est pour le moins désopilante. A noter l'importance des dessins de Quentin Blake dans cette histoire (il y a une certaine inter activité entre eux et le texte),  aussi que l'humour est très noir et qu'il convient plus a des enfants d'au moins 8 ans. Ma fille ayant décidé de s'acheter pour son anniversaire d'autres livres de cet auteur, vous n'avez pas fini d'entendre parler de Roald Dahl sur ce blog (le prochain devrait être Matilda).
Lire la suite