Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Biblio

Le berceau du chat de Kurt Vonnegut

30 Août 2011 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

img204.jpg

 

Jonas est un journaliste qui écrit une biographie sur le docteur Hoenniker, un des inventeurs de la bombe atomique. Celui ci étant décédé, c'est auprès des enfants de l'inventeur qu'il essaie de trouver matière a son livre. Pour cela il doit se rendre sur l'île de San Lorenzo dirigé par un dictateur et dont la religion est le bokonisme. Une religion qui commence par dire que "toutes les vérités que je vais vous dire sont des mensonges éhontés".

Livre très difficile a faire rentrer dans les cases et a cataloguer. Un ovni littéraire qui démarre de manière réaliste et qui peu a peu s'enfonce dans une sorte de science fiction qui finit en roman post apocalypse. Mais c'est un roman qui utilise l'humour et la dérision pour faire passer un message très simple : Faut il espérer en l'être humain ? La réponse est simple et lapidaire : Non. Ce roman nous fait réfléchir et nous interroger sur l'humanité, la religion et le pouvoir. Et le moins que l'on puisse dire c'est que cela est fait intelligemment, de manière créative et aussi très pessimiste. Quand on repose le livre après l'avoir terminé , on ressent un curieux sentiment , une sorte de malaise qui persiste. Un livre dérangeant par sa vision très sombre sur le devenir de l'humanité mais qui réussit a atteindre son but : nous faire réfléchir. Un auteur américain que je ne connaissais pas du tout mais dont le style littéraire et son univers m'ont donné envie de  découvrir le reste de son oeuvre.

Ma note 8/10.

Idée de lecture trouvée sur le blog   La poussière du grenier.

Lire la suite

Green River de Tim Willocks

27 Août 2011 , Rédigé par Biblio Publié dans #policiers - polars et thrillers

img203.jpg

 

C'est l'histoire d'une prison de sécurité maximale qui va voir ses prisonniers se révolter les uns contre les autres et se terminer en émeute raciale. De ce chaos vont essayer de survivre, Ray le taulard médecin, Juliette Devlin la psychiatre judiciaire et d'autres prisonniers en attendant que les autorités veulent bien se préoccuper de leurs sorts.

 

Encore un livre des éditions Sonatine et qui dit un livre des éditions Sonatine dit, normalement, un excellent moment de lecture. Et bien cela ne fut pas complètement le cas ! Pour cela plusieurs raisons mais je vais commencer par le point positif de ce livre qui est le formidable rendu de la  violence de l'univers carcéral. D'une très grande force. Pour le reste c'est un livre paradoxal qui se veut cru dans la violence et dans les mots mais qui s'embarrasse d'une histoire d'amour entre un prisonnier et une psychologue (qui m'a rappelé celle de "Prison Break") digne d'un roman feuilleton dans la collection Harlequin, aussi sirupeux et crédible. Les dialogues sont très crus et ne tournent le plus souvent qu'autour du sexe dans un langage très fleuri qui au bout d'un moment lassent et rendent la lecture fatiguante. Je me doute que la prison n'est pas le dernier endroit où l'on parle un langage châtie mais là on frise la caricature. Caricature où l'on tombe complètement quand on parle de leur préoccupation principale : baiser. C'est une obsession pour eux mais ils le font aussi et là on a le droit a une description complète que ce soit de manière consentie ou violente. Et si cela ne suffit pas l'auteur nous rajoute une petite variante grâce a la psychiatre qui nous amène dans ce lieu masculin une petite touche féminine. Car même si elle n'est pas prisonnière, elle a aussi qu'une obsession : le sexe. Et là commence une histoire a l'eau de rose dans ce lieu très sombre et violent entre la gentille psychiatre et le docteur victime d'une erreur judiciaire. L'auteur ne nous épargnera rien en nous gratifiant d'une happy end convenue et attendue. Ma note 4/10.

Lire la suite

L' Ancre de Miséricorde de Pierre Mac Orlan

25 Août 2011 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

 

img202.jpg

 

Dans le Brest du 18 ième siècle, Petit Morgat est un jeune homme de 16 ans qui termine ses études au collège des Jésuites et qui rêve d'aventures maritimes mais qui se destine a être militaire dans l'infanterie. Puis un jour, un bagnard réussit a le convaincre de son innocence et lui demande de l'aider dans une affaire mystérieuse où il est question d'un pirate sanguinaire Petit Radet. Commence alors pour Petit Morgat le début de son aventure initiatique où il va cotoyer le monde de la canaille, où il perdre beaucoup de ses illusions enfantines et où il va connaître la mort et la trahison.

 

Pierre Mac Orlan est un écrivain français du 20 ième siècle a qui l'on doit  (entre autres) le célèbre "Le Quai des brumes" (dont est tiré le film de Marcel Carné avec Jean Gabin et Michèle Morgan) ainsi que l'excellent "A bord de l'étoile Matutine".

Dans "L'Ancre de la Miséricorde", l'auteur nous plonge dans un roman d'aventures qui tire son influence du livre de Robert Louis Stevenson "L'île au trésor". Le héros est aussi un jeune homme qui vit près de la mer et il vit aussi une vie monotone. Mais alors que Jim Hawkins, le héros de Stevenson, s'embarque a bord de L'Hispaniola pour y vivre de nombreuses aventures, Petit Morgat lui reste a Brest et c'est dans sa ville natale qu'il va connaître le parfum de l'aventure. Grâce au talent incontestable de conteur de PIerre Mac Orlan, nous sommes emmener a travers la ville de Brest alors que la guerre menace entre la France et l'Angleterre.

Un livre de genre réussit qui nous plonge avec bonheur dans le monde de l'enfance où se côtoient brigands et pirates.

Ma note 8/10.

Lire la suite

Itinéraire d'un salaud ordinaire de Didier Daeninckx

23 Août 2011 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

img201.jpg

 

C'est la carrière d'un citoyen lambda qui après des études de droit rentre dans la police nationale en 1942. Ce citoyen Lambda s'appelle Clément Duprest et même s'il se refuse a faire de la politique il sera un rouage actif de cette machine de destruction de juifs, de communistes et de résistants a l'occupation allemande. Un bon fonctionnaire qui réussira comme beaucoup d'autres a passer au travers de l'épuration lors de la libération. Il va pouvoir apporter son savoir faire a un état qui ne reculera devant rien (menaces, chantages et meurtres) pour résister a un monde en plein changement.

 

Peu nombreux sont les livres et les films français capables de regarder en face notre Histoire surtout quand elle est douloureuse. C'est le cas pour l'occupation allemande pendant la seconde guerre mondiale mais aussi pour la guerre d'Algérie. Longtemps on a essayé de nous faire croire que tous les français étaient des résistants et on a occulté délibérément la collaboration avec l'ennemi. Dans la première partie, mêlant habilement fiction et contexte historique, l'auteur nous dépeint une police nationale collaborant pleinement avec l'occupant et en allant même au devant de ses désirs (la rafle du vel d'hiv). C'est une plongée en eaux très troubles où on l'assiste aux méthodes douteuses et musclées de cette police qui a le droit de vie et de mort sur toute une partie de la population. C'est cette partie du livre qui m'a le plus plu car elle décrit avec justesse le climat de cette époque délétère où la délation faisait rage mais où, dans le même temps, la résistance s'organisait. La deuxième partie m'a moins intéressé car elle ne fait que survoler les scandales de la IV et la Vème république sans rentrer dans le détail.

Un livre noir et sombre sur la face cachée de la police qui gratte où cela fait mal. Un livre dérangeant dont le héros est un vrai salaud. Un livre indispensable pour qui s'intéresse a cette époque. Ma note 8/10.

Merci a Sabine pour m'avoir conseillé ce livre et pour le prêt.

Lire la suite

La mort, entre autres de Philip Kerr

21 Août 2011 , Rédigé par Biblio Publié dans #policiers - polars et thrillers

 

img200.jpg

 

Les vacances sont terminées !! Premier billet de mes lectures estivales.

 

Ce livre est la suite de "la trilogie berlinoise". Nous sommes en 1949 en Allemagne, on  retrouve  Bernie Gunther, notre détective privé allemand qui vit une passe pour le moins difficile. Sa femme est a l'hôpital dans un état désespéré, il se retrouve avec un hôtel sur les bras près de Dachau (pas un site très touristique, surtout a l'époque) et surtout la peur que son matricule SS tatoué sur le bras ne lui joue des tours. Arrive alors une cliente qui lui demande de retrouver son époux nazi pour savoir s'il est encore vivant et voici  Bernie Gunther entraîné dans une histoire qui le dépasse où la manipulation n'est jamais très loin.

"La trilogie Berlinoise" a été pour moi un coup de coeur et le risque quand on  lit la suite d'un livre qui nous a plu c'est d'être déçu. Dans ce cas précis, c'est encore une réussite totale. Philipp Kerr en gardant les mêmes bases (atmosphères sombres + manipulations+ Histoire ) arrive a nous surprendre et a se renouveler. Le personnage principal Bernie Gunther même dans les moments les plus désespérés garde son humour (noir, très noir) , son cynisme et son faible pour les femmes. L'auteur arrive a mélanger Histoire et fiction avec un savoir faire complet et on se demande souvent en cours de lecture où se fini la réalité et où commence la fiction (et vice versa). L'intrigue de ce polar en elle même est un vrai petit bijou, amené de main de maître par l'auteur qui nous trimballe (ainsi que son personnage principal) parmi les nazis et des gens bien peu scrupuleux par des chemins bien tortueux. On apprend beaucoup de choses sur cette époque sombre et on en ressort avec l'envie de lire la suite.

En un mot (ou deux) : brillant et sombre (faut le faire !).

Ma note 9/10.

A noter que ce livre a reçu "le prix du polar européen - Le Point 2009".

 

Lire la suite