Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Biblio

Articles avec #romans - nouvelles - reportages tag

La promesse de l'aube de Romain Gary

7 Août 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

On ne présente plus Romain Gary, le seul écrivain ayant eu deux fois le prix Goncourt (le premier avec "les racines du ciel" en 1956, le deuxième sous le pseudonyme d'Emile Ajar avec "La vie devant soi" en 1975). Un des plus grand écrivain français du XXième siècle. Dans ce roman autobiographique, Romain Gary nous parle d'amour, de l'amour que lui portait sa mère, un amour total, une relation fusionnelle aussi merveilleuse que pesante. Une mère qui rêvait un avenir brillant pour son fils, une mère qui rêvait de la France pour lui et qui pour cela a tout sacrifié  quittant la Russie puis la Pologne pour rejoindre Nice où son fils pourra devenir "Gabriele D'Annunzio, ambassadeur de France". Il ne faut pas se tromper le personnage principal n'est pas Romain Gary mais sa mère et l'amour maternel. Bien sur l'auteur nous parle aussi de lui, de ses amours (souvent malheureux) et de son engagement pour  la France libre mais ce livre est un hommage à sa mère. C'est un roman d'une grande force, très émouvant mais aussi plein d'humour, un humour souvent grinçant. Superbement écrit, un roman incontournable.

Lire la suite

M pour Mabel d'Helen Macdonald

12 Mai 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

Voila un livre qui sort des sentiers battus, de part sa forme, c'est un récit, pas un roman et par son sujet l'art de la fauconnerie. Enfant, l'auteure rêvait  de devenir fauconnier et même si elle n'en n'a pas fait son métier elle est une amatrice éclairée. Un jour son père décède brutalement et pour l'aider  a faire son deuil et essayer de sortir de la dépression qui la touche, elle décide d'essayer d'apprivoiser un autour, le plus sauvage de ses congénères rapace. C'est une longue introspection dans l'univers de la fauconnerie et du deuil. Le plus difficile est de rentrer dans ce récit  pour deux raisons : les mots techniques liés a la fauconnerie et parallèle de son expérience de dressage  avec celui de l'auteur britannique Terence White. Mais une fois lancé, ce récit nous captive par cette relation ambivalente entre le dresseur et son animal mais aussi entre la personne dépressive et sa béquille. Plus on avance plus l'auteure se livre sur son deuil et moins elle se cache derrière la fauconnerie pour se livrer sur l'absence et la perte qu'elle ressent. Pour autant pas de pathos mais de la dignité et une écriture fine et littéraire.Un récit autobiographique de qualité loin des canons actuels. Ma note 7/10.

Lire la suite

La vie rêvée d'Ernesto G. de Jean-Michel Guenassia

7 Mai 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

Ne pas se fier au titre de ce roman, ce n'est pas la vie de Che Guevara que Jean-Michel Guenassia à décidé de nous raconter. C'est la vie de Joseph Kaplan, un médecin juif de Prague et par son intermédiaire le xx ième siècle. Une vie qui traverse un siècle troublé par la guerre et par les illusions et les désillusions provoquées par le communisme. Comme dans le "club des incorrigibles optimistes", l'auteur réussit a insuffler un souffle épique et romanesque. Il nous emporte à travers les ans et les pays, entrainant le lecteur aux basques du docteur Kaplan et l'emmenant en Algérie, a Paris et à Prague. On dévore ce roman de plus de 500 pages avec énormément de plaisir car l'auteur nous immerge dans un siècle riche en évènements dramatiques et nous fait assister à la naissance et aux dérives du communisme en Tchécoslovaquie. C'est souvent brillant et passionnant mais avec une petite restriction sur le personnage de Joseph Kaplan qui manque parfois de relief mais compensé par des personnages secondaires plus complexes et profonds. Ma note 7/10.

Lire la suite

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit de Celeste Ng

26 Avril 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

Livre coup de coeur et aussi une claque en pleine tête. Quand on lit le pitch du livre : le décès brutal et inattendu d'une jeune fille et les répercussions sur sa famille, on peut craindre de tomber sur un livre rempli de pathos et dont le but est de tirer un maximum de larmes a ses lecteurs. Que nenni, on se retrouve avec un roman au vitriol nous dépeignant les relations difficiles au sein d'une famille métissée. Une radiographie familiale qui mène le lecteur jusque dans les pensées les plus intimes des membres de cette famille au bord de l'implosion. C'est extrêmement bien écrit et parfaitement réalisé de bout en bout, décortiquant avec un regard acéré tous les non-dits destructeurs et les conclusions trop hâtives. Jusqu'aux dernières lignes l'intérêt que le lecteur porte a cette famille ne se démentira pas, avec des sentiments contrastés et ambivalents. On ne ressort pas indemne de cette lecture car on ne peut s'empêcher de s'identifier a un ou plusieurs membres de cette famille. Un roman fort et  bouleversant qui résonne longtemps dans les têtes et dans les coeurs. Une réussite totale. Ma note 9/10.

Lire la suite

La porte de Magda Szabo

20 Avril 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

Prix femina étranger 2003, ce roman hongrois à été publié en 1987. Il narre les relations sur plus de vingt ans entre l'auteure et sa domestique Emerence. Une narration faite à la première personne et qui nous  place dans la tête de l'auteure. C'est une sorte de confession dans laquelle Magda Szabo relate ses tentatives et ses échecs pour essayer de comprendre, elle l'intellectuelle, sa servante, représentante  du bas peuple. Une relation souvent conflictuelle mais aussi traversé par des moments de grâce et une certaine complicité. C'est superbement écrit et l'analyse psychologique que l'auteure nous livre sur ses personnages donne a ce livre une profondeur exceptionnelle. Le plus difficile est de réussir a rentrer dans ce roman, d'accepter de se défaire de ses préjugés et de se laisser entrainer dans cette histoire. Une fois cela fait, il est difficile d'en revenir et de s'enlever de la tête Emerence ce personnage si complexe et si tragique. Car c'est presque une tragédie grecque qui se déroule sous nos yeux avec son lot de tragédie familiale et ses trahisons. Une superbe réussite et un personnage inoubliable : Emerence. Ma note 8/10.

Lire la suite

Le zoo de Mengele de Gert Nygardshaug

13 Mars 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

Un livre profondément dérangeant qui ne peut laisser le lecteur indifférent. Un livre sur les victimes de la mondialisation et sur l'écologie. Il raconte l'histoire de Mino jeune chasseur de papillons en Amazonie qui va voir son village détruit et ses parents tués par les grandes compagnies pétrolières américaines et qui va devenir le bras armé d'un groupe terroriste écologiste pour se venger. Dérangeant car c'est à une radicalisation que le lecteur assiste tout au long de  ce roman et il voit comment un être, au départ innocent,  peu se transformer en tueur pour aller au bout de son idéal sans qu'il éprouve le moindre remord pour les victimes collatérales. Un roman qui rappelle le "réalisme magique" de  Gabriel Garcia Marquez avec cette chronique réaliste et  allégorique où la réalité la plus tragique côtoie une fantaisie ironique et qui met en scène des personnages  crédible et d'autres plus extravagants (comme le magicien ambulant). Un roman bien écrit mais qui a du mal a garder le rythme tout le long de ses 500 pages et qui lasse le lecteur avec la répétitions des différents attentats perpétrés par le groupe Mariposa. Ce roman n'est que le premier tome de cette série qui en compte trois. Ma note 6/10.

A noter que ce livre a été élu roman préféré des Norvégiens (l'auteur est norvégien) au salon du livre de Lillehammer.

Lire la suite

L'homme qui savait la langue des serpents d'Andrus Kivirähk

12 Mars 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

Conte fantastique qui nous narre les mésaventures tragico-cocasse de Leemet, jeune homme qui assiste impuissant a la fin de son monde. Un monde où les hommes arrivent a communiquer aux animaux, où ils vivent en bonne entente avec la nature. Mais peu à peu ce monde va disparaitre pour laisser sa place a la modernité dans lequel les hommes vont quitter la forêt pour s'installer en ville. Mais que le lecteur ne se trompe pas, sous ce conte fantastique transparait le pamphlet d'un monde qui sous couvert de modernité se coupe de la nature et détruit ses animaux. C'est un livre paradoxale car il est à la fois très drôle mais aussi très triste. Drôle par ses situations et ses personnages pour le moins atypiques mais empreint d'une certaine tristesse car c'est la chronique d'une mort annoncée, celle d'un monde et d'une langue. C'est en fait un monde bien proche du notre que cette époque médiévale réinventée, notre monde qui voit lui aussi ses langues régionales disparaitre inexorablement ainsi que ses espèces animales. Mais ce n'est pas pour autant que l'auteur nous dresse un portrait nostalgique de ce monde ancien, il ne nous entonne pas la sempiternelle ritournelle "c'était mieux avant". Il pointe du doigt aussi tous ses excès et les hommes brutaux et cyniques qu'il a aussi engendré. Un livre pessimiste mais drôle, empreint d'humanité et le fruit d'une imagination débridée. Un réussite portée par une plume imagée et par un immense talent narratif. Ma note 9/10.

Lire la suite

La septième fonction du langage de Laurent Binet

5 Mars 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

C'est ce qu'on appelle un livre vraiment atypique, qui sort des sentiers battus. J'avais beaucoup aimé de Laurent Binet son livre "HHhH" racontant l'assassinat de Reinhard Heydrich, chef de la gestapo en essayant de respecter le postulat de départ d'être le plus proche possible de la réalité historique. Pour celui ci c'est une démarche totalement différente qu'entreprend l'auteur. Il part d'un point de départ véridique, la mort accidentelle du critique littéraire et philosophe Roland Barthes pour nous livrer une sorte de polar complétement déjanté et iconoclaste dans le monde des intellectuels. On pense immédiatement aux San-Antonio de frédéric Dard  sans l'argot et en plus intellectuel mais avec un humour omniprésent. L'auteur en profite aussi pour régler ses comptes avec l'intelligentsia française (Bernard-Henri Levy, Philippe Sollers et consort) mais avec esprit et gourmandise. Pourtant le sujet du roman, la sémiologie, n'est pas un sujet spécialement "sexy" mais l'auteur arrive a nous accrocher pendant les presque 500 pages qui constituent le livre même si on peut ressentir quelques longueurs ici ou là.

A noter que ce roman a reçu le "prix interallié" en 2015 et le "prix du roman Fnac" la même année.

Lire la suite

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

21 Février 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

Voici un titre que l'on peut difficilement ignorer de par le succès planétaire que rencontre cette saga et par le battage médiatique autour de la véritable identité de l'auteur(e) se cachant sous le pseudonyme d'Elena Ferrante. Ce roman italien nous plonge dans le Naples des années 50 et nous raconte l'amitié de deux jeunes filles et leurs parcours pour essayer de s'extraire de la pauvreté. Dans ce premier tome (qui en compte quatre) on suit nos deux héroïnes de leur plus tendre enfance jusqu'à l'adolescence. Ce qui est remarquable dans ce roman, ce n'est pas le style de l'auteur(e) plutôt simple et fluide mais la reconstitution de l'Italie de l'après guerre et de ce quartier de Naples. Le lecteur est immergé dans un monde plein de bruits et de fureur et assiste au combat de deux jeunes filles pour se sortir de la pauvreté, l'une utilisant les études et l'autre un fort caractère. La deuxième chose remarquable réside dans la relation entre ses deux jeunes filles, une relation jamais apaisée, basée sur un esprit de compétition. Le lecteur suit avec intérêt l'évolution de ces deux amies, les chemins qu'elles empruntent et ceux qui leurs échappent. Une fois le livre achevé, le lecteur ne peut que vouloir connaitre la suite de leurs destinées et commencer le deuxième tome "Le nouveau nom". Ma note 8/10.  

Lire la suite

La petite communiste qui ne souriait jamais de Lola Lafon

15 Janvier 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

Nadia Comaneci reste pour moi un de mes premiers souvenirs télévisuels de mon enfance. Probablement car ce fut pendant les jeux olympiques de Montréal en 1976 et qu'elle fut la première gymnase a obtenir la note maximale de 10. Lola Lafon écrit une biographie de cette athlète roumaine de ses premiers pas dans la gymnastique jusqu'à sa fuite rocambolesque vers les états-unis quelques jours avant la chute des Ceausescu. Ce qui aurait pu être qu'une biographie convenue, l'auteure en fait un roman plein de vie et aussi une réflexion pertinente de cette période charnière entre guerre froide et perestroïka. Elle le fait aussi en nous prévenant que ce livre ne peut être considéré comme une reconstitution historique de la vie de cette athlète car trop de silence et de mythe entoure cette existence. Jouant la carte de la biographie romancée jusqu'au bout, l'auteure décide de faire de Nadia Comaneci une sorte de correctrice de son livre en établissant avec elle  un dialogue fictif. Un procédé qui aurait pu alourdir le récit mais qui permet au lecteur de prendre du recul et d'avoir une vision plus globale de cette époque et de cette guerre froide.

Un roman passionnant qui s'il n'est qu'une version plausible de la vie de Nadia rend cette gymnaste plus humaine à défaut d'être plus sympathique. Ma note 9/10.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>