Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Biblio

Le fils de michel Rostain

30 Septembre 2012 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

Le-fils-de-Michel-Rostain-Oh-Editions_reference.jpg

 

Lion, jeune homme de 21 ans, meurt brusquement d'une méningite foudroyante laissant ses parents désemparés.

 

Pas le premier livre écrit sur un être cher disparu mais sûrement un des seul qui le fait parler. C'est Lion qui nous parle de son père et de sa réaction face a cette mort brutale et forcément contre nature : un enfant ne devrait pas mourir avant ses parents. Faire parler son fils permet a l'auteur de prendre de la distance et d'éviter l' écueil de tomber dans le pathos et l'auto-apitoiement. Au contraire, c'est avec beaucoup d'émotion et aussi une certaine dose d'humour que Michel Rostain nous parle de son fils unique, un fils qui tout au long du livre nous raconte comment ses parents ont vécu le drame et comment ils ont réussit a y survivre. Au moment du décès un ami de l'auteur lui avait dit :"on peut vivre avec ça", propos difficile a entendre et a comprendre mais pourtant empli de sagesse. Mais pour cela faut il être assez fort pour survivre a cette épreuve. "Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort" telle pourrait être la devise de Michel Rostain qui nous offre un livre fort et émouvant qui résonne en nous longtemps car elle parle de notre peur la plus tenace quand on est parent : perdre un enfant.

9/10 pour ce beau et court (173 pages) "roman" qui a reçu le prix "Goncourt du premier roman" en 2011.

Lire la suite

Soldat Peaceful de Michael Morpurgo

28 Septembre 2012 , Rédigé par Biblio Publié dans #Livres pour enfants 9 ans et +

3089909883_1_3_MXQeRKCZ.jpg

 

Veille d'un jour crucial pour le soldat Tommo Peaceful qui se trouve dans les tranchées pendant la guerre de 1914-1918 et qui repense a son enfance avec  sa mère et son frère Charlie. Souvenirs doux mais aussi des drames qui ont forgés son caractère.Veillée avant une journée où la mort sera au rendez-vous.

 

Livre jeunesse qui fait découvrir a ses jeunes lecteurs une facette souvent méconnue de la guerre 14-18, les faits d'insubordination de soldats contre les gradés qui les envoyaient se faire massacrer. Ces "fusillés pour l'exemple " que l'on jugeait sans qu'ils puissent se défendre. Ce livre permet de comprendre ce qui se cache derrière les termes de traître ou de lâche que l'on utilisait pour salir leur réputation. Mais ce n'est pas seulement un livre sur la guerre, c'est une formidable histoire d'amour de deux frères qui resteront toujours soudés face a l'adversité et que même une histoire d'amour n'arrivera pas a briser. Un livre tendre, gai mais aussi tragique et sombre, le portrait d'une jeunesse  parti faire la guerre en France et qui a vu ses illusions se fracasser a cette "Grande Guerre" et ses tranchées.

L'auteur nous fait partager ce bout de vie de Tommo et de son frère Charlie en nous faisant vivre tous les aléas et les sentiments qui traversent leurs existences. 

Un livre émouvant par bien des côtés et dont la construction ingénieuse de l'intrigue nous réserves des surprises jusqu'à la fin. Un livre immersif et instructif.

A partir de 10 ans.

Lire la suite

American Gods de Neil Gaiman

26 Septembre 2012 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

img524.jpg

 

Ombre sort de prison et il apprend que sa femme vient de mourir et qu'elle le trompait. Un mystérieux Monsieur Voyageur lui propose de travailler pour lui en lui servant de garde du corps. Peu a peu Ombre va s'apercevoir que Voyageur n'est pas un simple quidam mais un ancien dieu oublié de tous et qu'ils cherchent a bâtir une armée d'anciens dieux pour se battre contre les nouveaux dieux qui sont issus de notre société de Consumérisme et de nouvelles technologies. Qui va vaincre?   Les nouveaux ou les anciens dieux ? A moins qu'une autre force dans l'ombre ne les coiffe au poteau.

 

L'illustration de la couverture ne rend pas justice a  ce que contient le roman. Quand on voit ce dessin on pense immédiatement a super héros donc a roman pour adolescent , a cela vous rajouter le fait qu'il soit écrit par un auteur réputé pour ses livres ados (Coraline, Nobody Owens) et vous obtenez une grossière erreur. A mon sens ce n'est pas un roman d'ado car certains passages sont assez corsés (surtout niveau vocabulaire) et ce n'est pas un roman de super héros car les héros sont en fait des dieux oubliés par presque tout le monde et qui doivent vivre et travailler comme les humains. Le tour de force de Neil Gaiman est d'avoir , a partir de dieux ayant existé, réussi a créer sa propre mythologie dans laquelle il les transforme en (presque) monsieur tout le monde.

C'est un livre de science fiction, c'est indéniable mais cela n'est pas que cela. C'est aussi une reflexion intelligente sur la place de la religion dans notre société et aussi sur la part qu'occupe la consommation dans notre société.

Un livre fort d'une galerie de personnages consistants, d'une intrigue très riche et menée de manière très intelligente.

On ne s'ennuie pas un seul instant tout au long de ce récit de 600 pages dans lequel on suit les péripéties d'Ombre, un humain parmi les dieux.

Une réussite qui mérite un 8.5/10.

A noter que ce roman a reçu une avalanche de prix: Le prix Hugo 2002, le prix Nebula 2002, le Prix Locus 2002, le prix Bram Stoker 2002 et le prix Bob Morane 2002.

 

 

Lire la suite

Se résoudre aux adieux de Philippe Besson

22 Septembre 2012 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

img520.jpg

 

 

Récit épistolaire dans lequel Louise, maîtresse quittée par un mari, lui écrit de longues lettres de Cuba, New-York, Venise, dans l'Orient-Express et de Paris dans lesquelles elle exprime sa difficulté a l'oublier et a passer a autre chose.

 

Récit a une seule voix dans lequel la délaissée envoie a son ancien amant, comme une bouteille a la mer, des lettres qui resteront sans réponse. Roman court (186 pages) superbement écrit mais qui a la lecture m'a laissé une impression d'ennui. Impression renforcée par le ressassement continuelle et  inlassable de Louise tout au long de ses différentes lettres au sujet de son amour éphémère. On ne ressent aucune empathie pour elle car elle nous apparaît comme une femme aigrie et amère dont les prétextes qu'elle utilise pour expliquer pourquoi elle écrit a son ex-amant nous apparaissent rapidement comme fallacieux. Elle se complaît dans son rôle de victime en faisant un portrait peu flatteur de son amant. On ne ressent aucune émotion en lisant ses lettres et on ne peut s'empêcher de la trouver fausse dans ses sentiments. Même dans la dernière lettre où elle est sensé avoir retrouver l'amour on doute de ses nouveaux sentiments et on ne comprend pas ce besoin de continuer a écrire a cet homme qui ne lui répond pas. Peut-être une dernière tentative pathétique pour le rendre jaloux et pour qu'il revienne près d'elle ?

Ses états d'âmes m'ont laissé de marbre et c'est avec soulagement que j'ai refermé ce livre. Ma note 5/10 pour ce roman dont l'écriture prime sur le contenu.

Lire la suite

L'origine de la violence de Fabrice Humbert

17 Septembre 2012 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

img518.jpg

 

Lors d'un voyage scolaire au camp de concentration de Buchenwald en Allemagne, un jeune professeur français en regardant une photo d'un détenu découvre la surprenante ressemblance de celui ci avec son propre père. Obnubilé par sa découverte, il décide de mener son enquête et découvre que ce détenu est son véritable grand-père et qu'on lui a caché une partie de ses origines. Une enquête qui va lui permettre de découvrir l'autre famille, les Wagner, celle dont il est issu et de le destin tragique de son grand-père.

 

Livre déstabilisant par la forme choisie : le roman mais un roman qui flirte avec l'autobiographie. Déstabilisant car on se demande où commence la réalité et la fiction et pourquoi n'avoir pas pleinement assumé l'autobiographie ou au contraire le roman. Là l'ambiguïté est présente dès le départ puisque le narrateur  est un professeur dans un lycée franco-allemand comme l'auteur du roman. Ce qui me gène, comme souvent dans les romans traitant des camps de concentration,  c'est la volonté  de l'auteur d'essayer de nous faire ressentir les sentiments qui traversent le détenu avant de mourir alors qu'on ne peut les connaître. Il n'en reste pas moins que ce roman montre bien le visage de cette barbarie qui a sévit pendant  (relativement) peu de temps mais qui a massacré énormément de gens a cause de leurs religions, de leurs orientations politiques, sexuelles ou de leurs physiques. L'auteur part d'un cas spécifique  pour nous montrer comment la machine a détruire physiquement mais aussi moralement se met en branle et quels sont les rouages nécessaires pour qu'elle réussisse a remplir sa tache : anéantir un homme, un peuple. Un roman nécessaire pour ne pas oublier. Un roman alourdi par des digressions sur la violence en milieu scolaire certes pertinentes mais qui font perdre un peu le fil de l'histoire.

Un livre qui malgré ses défauts mérite d'être lu et apprécié. Ma note 7.5/10.

Lire la suite

La Tour Noire de Louis Bayard

15 Septembre 2012 , Rédigé par Biblio Publié dans #policiers - polars et thrillers

img517.jpg

 

Paris, 1818, la monarchie est de retour en France et c'est François Vidocq , un ancien bagnard, qui est a la tête de la police. Un François Vidocq qui se trouve entraîné dans une enquête sur un meurtre qui cache, peut-être, la "résurrection" d'un garçon que tout le monde croit mort : le fils de Louis XVI. Une réapparition d'un prétendant au trône qui ne ferait pas que des heureux. Mais derrière le dauphin Louis Charles se cache t'il une victime de la révolution ou bien seulement un usurpateur ?

 

Quand on ferme le livre une fois la lecture faite, le mot qui vient immédiatement à l'esprit est sympathique. Une lecture sympathique qui apporte une certaine évasion de l'esprit. Mais autant dire qu'il ne faut pas prendre pour argent comptant ce qu'il y a écrit sur la jaquette "élu meilleur thriller de l'année par le Washington Post", d'abord car ce n'est pas un thriller et ensuite ce n'est pas le meilleur livre de l'année. Une distinction due sûrement au fait que Louis Bayard, l'auteur, est journaliste au Washington post ou alors qu'ils n'ont lu que celui ci. Ceci dit la lecture est très plaisante et m'a fait pensé aux livres d'Alain Decaux sur les énigmes de l'Histoire que je lisais quand j'étais adolescent. Ici l'auteur s'empare intelligemment de la fameuse théorie selon laquelle le fils de Louis XVI ne serait pas mort dès mauvais traitements de ses geôliers mais qu'on l'aurait aidé a s'échapper. A partir de là il bâti une intrigue plutôt réussie qui nous entraîne dans le Paris du XIXème siècle avec pour guide le célèbre Vidocq. Un Vidocq qui ressemble a celui de la série de mon enfance "Vidocq" joué par Claude Brasseur, un Vidocq as de l'investigation et du déguisement toujours sur la brèche pour déjoué les complots.

Si vous aimez les histoires divertissantes et sans prise de tête, ce roman est fait pour vous. Ma note 7/10 pour ce policier historique plaisant.

Lire la suite

Neverwhere de Neil Gaiman

12 Septembre 2012 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

img516.jpg

 

Richard Mayhew, un jeune cadre londonien, fiancé avec  une jeune femme parfaite voit sa vie basculée quand il porte secours a une jeune fille inconsciente et blessée sur le trottoir. Du jour au lendemain, il voit sa fiancée le quitter, a son bureau ses collègues ne le reconnaissent même pas. La seule solution pour Richard est de retrouver cette mystérieuse inconnue pour essayer de percer ce mystère. Il découvre l'existence d'un Londres souterrain où vit un peuple d'une autre époque invisible au commun des mortels et dans lequel les rats jouent un rôle prépondérant. Richard n'a pas d'autres choix que de s'enfoncer dans les profondeurs de ce monde souterrain.

 

Les deux livres jeunesse que j'ai lu de Neil Gaiman (Coraline et Nobody Owens) m'avaient plus et c'est donc naturellement que je me suis procuré ce roman pour voir si je serai aussi intéressé par cette oeuvre plus adulte. Le constat est mitigé. Autant j'ai apprécié l'univers très particulier et ce Londres d'en bas avec ses personnages haut en couleurs, autant l'histoire en elle même m'a laissé sur ma faim.L'auteur arrive a créer un univers complexe et très riche mais il ne l'utilise pas pleinement et il se contente de dérouler une histoire un peu simpliste et attendue.

Lui qui fait d'habitude preuve d'imagination dans ses intrigues n'a pas marqué cette histoire de son empreinte personnelle et nous a écrit une histoire convenue. Cela s'explique peut-être par le fait qu'a l'origine cela a été écrit pour une série télévisée dont l'auteur était scénariste.

Ma note 6/10 pour cette déception qui ne m'empêchera pas de continuer a lire cet auteur puisque "American Gods"attend bien sagement dans ma bibliothèque.

Lire la suite

Le sang des Atrides de Pierre Magnan

10 Septembre 2012 , Rédigé par Biblio Publié dans #policiers - polars et thrillers

img515.jpg

 

A Digne, Jeannot Vial a été assassiné par un galet en pleine tête. Six mois après, c'est au tour de Jules Payan et de la même manière. Puis encore plus tard deux autres dont une vieille personnes coupable de connaître l'identité du mystérieux tueur. Mais quels points en commun ont toutes ces victimes ? C'est au commissaire Laviolette de trouver et vite !

 

C'est le premier roman de Pierre Magnan que je lis alors que cela faisait un petit moment que je voulais  découvrir cet auteur. Résultat ? Pas totalement satisfait voire même un peu dubitatif. D'abord, je n'ai pas compris le style du livre, je n'ai pas eu l'impression de lire un policier mais le pastiche d'un roman policier fait par un auteur plutôt habile. Les personnages sont tellement outrés que j'ai eu beaucoup de mal a rentrer dans ce livre. L'intrigue policière est pour le moins tirée par les cheveux et demande beaucoup d'indulgence pour s'y intéresser. Le décalage entre l'intrigue sombre (on parle de meurtres) et un humour bon enfant omniprésent m'a dérangé car j'ai eu du mal a ressentir un intérêt pour le dénouement final un peu trop théâtral. Le style de l'auteur reste plaisant a défaut de passionner.

Ma note 5/10 pour ce rendez vous raté. Un auteur que je vais réessayer un de ces jours mais sans son commissaire Laviolette.

A noter que ce livre a reçu "le prix du Quai des Orfèvres" en 1978.

 

Lire la suite

Retour a Killybegs de Sorj Chalandon

8 Septembre 2012 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

img514.jpg

 "Mon traître" était axé sur un français dans les années 70 qui se prenait de passion pour l'Irlande du nord et prenait faits et causes pour l'IRA (armée républicaine irlandaise) et son combat contre l'Angleterre. Il fera connaissance de Tyrone Meehan, un membre respecté de l'IRA avec lequel se tissera des liens d'amitié. Mais 30 ans après, on découvrira que celui ci était un agent double. Dans "retour à Killybegs", l'auteur nous relate de nouveau cette trahison mais la différence notable c'est qu'elle nous est raconté par le traître lui même, Tyrone Meehan.

 

J'avais beaucoup aimé "Mon traître" et c'est avec une certaine appréhension que je m'attaquais a "Retour à Killybegs", de peur d'être déçu car l'idée d'une "suite" me paraissait risquée. D'abord mettons les choses au point, ce roman n'est pas la suite de l'autre puisque on peut les lire indépendamment l'un de l'autre et le sujet n'est pas le même. "Mon traitre" était un roman sur l'amitié avec en toile de fond le combat de l'IRA contre les anglais, "Retour a Killybegs" lui est axé sur ce combat avec ses actes de courage mais aussi de lâcheté. C'est aussi un roman sur un homme qui voit sa vie de combattant loyal  se transformer en chemin de croix a cause d'une faute mais  aussi par une remise en question de son idéal. C'est une plongée dans cette guerre où tous les coups, même les plus abjectes, étaient utilisés par les deux camps dans un pays où l'autorité était représenté par son premier ministre "la dame de fer" Margaret Tatcher qui n'hésitait pas a laisser mourir sans ciller ces combattants pendant leur grève de la faim. Pas d'angélisme dans la description de cette guerre, pas de méchants contre les gentils, une explication impartiale sur une guerre faite d'attentats et de coups fourrés et qui a besoin de martyrs et de héros pour sa justification. Un portrait d'un héros traître parfaitement réussit et maîtrisé de bout en bout. "Mon traître" était un très bon roman mais "Retour a Killybegs" est encore plus puissant et profond et toujours aussi bien écrit. Une totale réussite. Ma note 9/10.

A noter que ce roman a reçu le "Grand prix du roman de l'Académie Française 2011".

 

 

 

 

Lire la suite

La cité des Jarres d'Arnaldur Indridason

6 Septembre 2012 , Rédigé par Biblio Publié dans #policiers - polars et thrillers

img513.jpg

 

 

Un crime a eu lieu a Reykjavik, un crime semble t'il crapuleux et banal sauf qu'il est accompagné d'un mystérieux message. Sauf que le passé de la victime va obliger le commissaire  Erlendur Sveinsson a se plonger dans une affaire de plus de quarante ans. Une affaire qui va le conduire a la fameuse cité des Jarres, une collection de bocaux renfermant des organes.

 

Roman noir islandais vraiment très sombre dans lequel la joie et le bonheur semblent des denrées très rares. On retrouve le héros récurrent d'Analdur Indridason, j'ai nommé le commissaire Erlendur Sveinsson, flic a la technique policière sortant de celle apprise en école de police et aussi (comme tous les flics de roman ?) divorcé, père de deux enfants, n'entretenant aucun rapport avec son fils et des rapports très conflictuels avec sa fille. Il croit se retrouver avec un crime typiquement islandais (traduisez par : dégoûtant, gratuit et commis sans essayer de le maquiller) et il se retrouve avec une affaire dont les ramifications remontent a plus de quarante ans. Se greffent par dessus les problèmes de drogue de sa fille qui vont interférer dans sa vision de l'affaire.

Il en ressort un roman policier intéressant qui nous plonge dans la société islandaise et aborde plusieurs sujets sensibles comme le viol, la drogue, la filiation et la génétique. Les personnages sont consistants ,crédibles et humanisent pleinement ce roman. Le reproche principal réside dans l'intrigue policière qui se laisse lire avec un certain plaisir mais de manière linéaire et sans aucune surprise. Ma note 7/10.

 

Lire la suite
1 2 > >>