Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Biblio

Articles récents

Le zoo de Mengele de Gert Nygardshaug

13 Mars 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

Un livre profondément dérangeant qui ne peut laisser le lecteur indifférent. Un livre sur les victimes de la mondialisation et sur l'écologie. Il raconte l'histoire de Mino jeune chasseur de papillons en Amazonie qui va voir son village détruit et ses parents tués par les grandes compagnies pétrolières américaines et qui va devenir le bras armé d'un groupe terroriste écologiste pour se venger. Dérangeant car c'est à une radicalisation que le lecteur assiste tout au long de  ce roman et il voit comment un être, au départ innocent,  peu se transformer en tueur pour aller au bout de son idéal sans qu'il éprouve le moindre remord pour les victimes collatérales. Un roman qui rappelle le "réalisme magique" de  Gabriel Garcia Marquez avec cette chronique réaliste et  allégorique où la réalité la plus tragique côtoie une fantaisie ironique et qui met en scène des personnages  crédible et d'autres plus extravagants (comme le magicien ambulant). Un roman bien écrit mais qui a du mal a garder le rythme tout le long de ses 500 pages et qui lasse le lecteur avec la répétitions des différents attentats perpétrés par le groupe Mariposa. Ce roman n'est que le premier tome de cette série qui en compte trois. Ma note 6/10.

A noter que ce livre a été élu roman préféré des Norvégiens (l'auteur est norvégien) au salon du livre de Lillehammer.

Lire la suite

L'homme qui savait la langue des serpents d'Andrus Kivirähk

12 Mars 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

Conte fantastique qui nous narre les mésaventures tragico-cocasse de Leemet, jeune homme qui assiste impuissant a la fin de son monde. Un monde où les hommes arrivent a communiquer aux animaux, où ils vivent en bonne entente avec la nature. Mais peu à peu ce monde va disparaitre pour laisser sa place a la modernité dans lequel les hommes vont quitter la forêt pour s'installer en ville. Mais que le lecteur ne se trompe pas, sous ce conte fantastique transparait le pamphlet d'un monde qui sous couvert de modernité se coupe de la nature et détruit ses animaux. C'est un livre paradoxale car il est à la fois très drôle mais aussi très triste. Drôle par ses situations et ses personnages pour le moins atypiques mais empreint d'une certaine tristesse car c'est la chronique d'une mort annoncée, celle d'un monde et d'une langue. C'est en fait un monde bien proche du notre que cette époque médiévale réinventée, notre monde qui voit lui aussi ses langues régionales disparaitre inexorablement ainsi que ses espèces animales. Mais ce n'est pas pour autant que l'auteur nous dresse un portrait nostalgique de ce monde ancien, il ne nous entonne pas la sempiternelle ritournelle "c'était mieux avant". Il pointe du doigt aussi tous ses excès et les hommes brutaux et cyniques qu'il a aussi engendré. Un livre pessimiste mais drôle, empreint d'humanité et le fruit d'une imagination débridée. Un réussite portée par une plume imagée et par un immense talent narratif. Ma note 9/10.

Lire la suite

La septième fonction du langage de Laurent Binet

5 Mars 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

C'est ce qu'on appelle un livre vraiment atypique, qui sort des sentiers battus. J'avais beaucoup aimé de Laurent Binet son livre "HHhH" racontant l'assassinat de Reinhard Heydrich, chef de la gestapo en essayant de respecter le postulat de départ d'être le plus proche possible de la réalité historique. Pour celui ci c'est une démarche totalement différente qu'entreprend l'auteur. Il part d'un point de départ véridique, la mort accidentelle du critique littéraire et philosophe Roland Barthes pour nous livrer une sorte de polar complétement déjanté et iconoclaste dans le monde des intellectuels. On pense immédiatement aux San-Antonio de frédéric Dard  sans l'argot et en plus intellectuel mais avec un humour omniprésent. L'auteur en profite aussi pour régler ses comptes avec l'intelligentsia française (Bernard-Henri Levy, Philippe Sollers et consort) mais avec esprit et gourmandise. Pourtant le sujet du roman, la sémiologie, n'est pas un sujet spécialement "sexy" mais l'auteur arrive a nous accrocher pendant les presque 500 pages qui constituent le livre même si on peut ressentir quelques longueurs ici ou là.

A noter que ce roman a reçu le "prix interallié" en 2015 et le "prix du roman Fnac" la même année.

Lire la suite

L'amie prodigieuse d'Elena Ferrante

21 Février 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

Voici un titre que l'on peut difficilement ignorer de par le succès planétaire que rencontre cette saga et par le battage médiatique autour de la véritable identité de l'auteur(e) se cachant sous le pseudonyme d'Elena Ferrante. Ce roman italien nous plonge dans le Naples des années 50 et nous raconte l'amitié de deux jeunes filles et leurs parcours pour essayer de s'extraire de la pauvreté. Dans ce premier tome (qui en compte quatre) on suit nos deux héroïnes de leur plus tendre enfance jusqu'à l'adolescence. Ce qui est remarquable dans ce roman, ce n'est pas le style de l'auteur(e) plutôt simple et fluide mais la reconstitution de l'Italie de l'après guerre et de ce quartier de Naples. Le lecteur est immergé dans un monde plein de bruits et de fureur et assiste au combat de deux jeunes filles pour se sortir de la pauvreté, l'une utilisant les études et l'autre un fort caractère. La deuxième chose remarquable réside dans la relation entre ses deux jeunes filles, une relation jamais apaisée, basée sur un esprit de compétition. Le lecteur suit avec intérêt l'évolution de ces deux amies, les chemins qu'elles empruntent et ceux qui leurs échappent. Une fois le livre achevé, le lecteur ne peut que vouloir connaitre la suite de leurs destinées et commencer le deuxième tome "Le nouveau nom". Ma note 8/10.  

Lire la suite

L'enfant n'est pas mort de Nimrod

19 Février 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #livres lus en partenariat

"L'enfant n'est pas mort" fait parti de la collection "sur le fil", une collection dans laquelle le destin d'un poète rencontre la grande Histoire. Ici le poète est une poétesse, Ingrid Jonker et l'Histoire est celle de l'apartheid en Afrique du Sud. Le 1er avril 1960 un enfant noir est tué par la police dans un ghetto d'Afrique du Sud, Ingrid Jonker écrit un poème pour dénoncer ce drame et ce régime. Un régime dont son père  est l'un des plus importants dirigeants. Ce poème sera lu par Mandela en mai 1984 quand il se présentera devant les députés avant son investiture. Dans ce court volume (moins de 150 pages), Nimrod alterne entre les figures de Mandela et d'Ingrid Jonker et c'est la faiblesse de ce livre car celui ci une fois achevé on a l'impression de n'avoir que survolé l'existence de cette poétesse et de ne pas avoir compris toute la complexité du personnage. La très belle écriture de Nimrod nous permet de passer un très bon moment avec ces deux figures de la lutte anti ségrégationniste et ce livre nous donne envie de nous plonger plus avant dans la découverte de la vie et  l'oeuvre d'Ingrid Jonker.

Un grand merci à Babelio et aux éditions Bruno Doucey pour m'avoir permis de participer a cette masse critique.

Lire la suite

Kuroko's Basket extra game de Tadatoshi Fuimaki

18 Février 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #livres lus en partenariat

Kuroko's Basket est un Shonen manga qui se décline sur trente tomes et dont le tirage total de la série s'élève à 27 millions d'exemplaires (une paille!). Le terme Shonen manga désignant le fait que c'est un manga ciblant les jeunes garçons (pour les filles on parle de Shojo manga). Cette série narre la vie sportive au Japon de six joueurs de basket qui après avoir formé au collège la meilleure équipe de tous les temps se dispersent quand ils arrivent au lycée. Kuroko's Basket extra game est un hors série de deux tomes marquant a priori la fin de cette série. La "génération miracle" se reforme pour défier une équipe américaine de street basket (basket de rue pour ceux qui ont des problèmes avec l'anglais) venue au Japon faire un match amical mais qui une fois victorieuse insulte tous le peuple japonais en les traitant de macaques.

Autant le dire tout de suite je ne connaissais pas ces mangas et je n'en ai donc lu aucun de la série initiale. Mais on peut facilement se plonger dans cet extra game sans les avoir lu. Le scénario est assez simpliste et manichéen. D'un côté on a les gentils c'est l'équipe japonaise, propre sur soi et polie et de l'autre l'équipe américaine constituée de Donald Trump grossiers et racistes. Pour le jeune lecteur pas de cas de conscience le choix est vite fait, il ne peut que prendre fait et cause pour l'équipe de la "génération miracle". Les dessins sont très bien faits, surtout le rendu en mouvement des matchs de basket. Par contre pour la crédibilité du déroulement d'un match on est plus au niveau de la série animée japonaise "Jeanne et Serge" (pour le volley) ou "Olive et Tom" (pour le football) qu'un vrai match. C'est plaisant a lire, peu réaliste mais divertissant. Reste plus qu'a acheter le deuxième et dernier tome pour connaitre la fin du match et savoir qui des gentils japonais ou des méchants américains vont gagner le match.

Merci a Babélio et a l'édition française Kazé pour m'avoir permis de découvrir ce manga.

Lire la suite

La dame de pierre de Xavier-Marie Bonnot

5 Février 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #policiers - polars et thrillers

Auteur que je ne connaissais pas du tout, titre énigmatique et couverture très moche qui n'évoque pas un polar. Et c'est pourtant un polar qui se cache ici et un polar qui sort des sentiers battus. D'abord par sa qualité littéraire très nettement au-dessus de la moyenne du genre. Par son personnage principal qui est ici, non pas une personne, mais la montagne. Par son atmosphère sombre et tendue. Par son intrigue parfaitement tenu du début à la fin et le parfait rendu des séances d'escalade qui nous immerge dans ce monde dure et impitoyable qu'est le monde de l'alpinisme. La relation conflictuelle entre l'accusé et l'enquêteur est d'une grande intelligence et évite le piège du manichéisme en ne tombant pas dans l'erreur de nous infliger un policier borné et a l'intelligence limitée. On dit souvent qu'un polar est jugé par sa fin et qu'une fin ratée est synonyme de roman raté. Ici la fin est au niveau du reste du livre, d'une grande beauté et sans concession.

Un très bon roman, ma note 9/10.

Lire la suite

Bleu Blanc Sang de Bertrand Puard

25 Janvier 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #Livres pour enfants 9 ans et +

Premier tome de la trilogie, ce thriller pour adolescent est réussi. Il installe parfaitement l'intrigue et pose les jalons des deux prochains tomes. On fait la connaissances des personnages, on s'acclimate a une intrigue tortueuse et complexe dans laquelle, comme les héros de cette histoire, on navigue a vue. Pas le temps de souffler, entre les braquages,tirs de roquettes, les enlèvements et même un meurtre. On ne s'ennuie pas un seul instant, on prend juste le temps d'essayer de faire plus amples connaissances avec les différents protagonistes de cette sombre enquête aux rouages retors. Arrivé au terme de ce premier tome, certains mystères nous ont été révélés, nous rendant l'intrigue plus claire mais nous promettant d'autres surprises et d'autres rebondissements pour les prochains tomes. C'est pour cela que nous quittons cette première partie de la trilogie avec le sentiments d'avoir avancé dans  la compréhension de l'histoire mais aussi avec l'envie de plonger dans le second tome pour pouvoir découvrir et partager avec les  personnages de ce roman les épreuves qui les attendent. A partir de 12 ans. 

Lire la suite

Le sang versé d'Asa Larsson

22 Janvier 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #policiers - polars et thrillers

Ce roman a reçu en 2004 le "prix du meilleur roman policier suédois", autant dire que pour un amateur de polar connaissant la qualité des auteurs policier suédois cela ressemblait a une bonne pioche et annonçait un plaisir de lecture. Hélas, trois fois hélas ce plaisir ne fut pas au rendez vous et cela pour plusieurs raisons. D'abord, l'héroïne (une avocate fiscaliste !) est un personnage récurrent d'une série d'au moins cinq romans et que celui ci n'est pas le premier mais le second et qu'il n'en ai fait écho nulle part. Ceci dit même s'il est  souvent fait référence au premier tome on peut quand même lire ce titre sans avoir lu le premier. Autre souci c'est le rythme, un rythme très lent pendant plus du 3/4 du livre pour finir par un dénouement pour le moins rapide. Ce n'est pas que j'ai quelque chose contre les polars au rythme lent, quand c'est pour plongé le lecteur dans une atmosphère comme dans "seul le silence" de R.J Ellory ou "l'écho des morts "de Johan Theorin pas de souci j'adhère complètement. Mais ici ce n'est pas le cas, la lenteur est surtout dû au fait que l'auteur s'appesantit sur les états d'âmes de son héroïne et aussi sur son premier roman. Quand à la fin, c'est un final explosif mais peu crédible dont nous gratifie l'auteure et on se demande comment l'héroïne va finir cette série si à chaque livre il lui arrive autant de mésaventures. Par contre il faut reconnaitre que c'est bien écrit. Ma note 4/10.

Lire la suite

La petite communiste qui ne souriait jamais de Lola Lafon

15 Janvier 2017 , Rédigé par Biblio Publié dans #romans - nouvelles - reportages

Nadia Comaneci reste pour moi un de mes premiers souvenirs télévisuels de mon enfance. Probablement car ce fut pendant les jeux olympiques de Montréal en 1976 et qu'elle fut la première gymnase a obtenir la note maximale de 10. Lola Lafon écrit une biographie de cette athlète roumaine de ses premiers pas dans la gymnastique jusqu'à sa fuite rocambolesque vers les états-unis quelques jours avant la chute des Ceausescu. Ce qui aurait pu être qu'une biographie convenue, l'auteure en fait un roman plein de vie et aussi une réflexion pertinente de cette période charnière entre guerre froide et perestroïka. Elle le fait aussi en nous prévenant que ce livre ne peut être considéré comme une reconstitution historique de la vie de cette athlète car trop de silence et de mythe entoure cette existence. Jouant la carte de la biographie romancée jusqu'au bout, l'auteure décide de faire de Nadia Comaneci une sorte de correctrice de son livre en établissant avec elle  un dialogue fictif. Un procédé qui aurait pu alourdir le récit mais qui permet au lecteur de prendre du recul et d'avoir une vision plus globale de cette époque et de cette guerre froide.

Un roman passionnant qui s'il n'est qu'une version plausible de la vie de Nadia rend cette gymnaste plus humaine à défaut d'être plus sympathique. Ma note 9/10.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>